Marie-Agnès Dequidt

Marie-Agnès Dequidt

Marie-Agnès DEQUIDT est Docteur en histoire moderne. Sa thèse « Temps et société : les horlogers parisiens, 1750-1850 » a été récompensée par de nombreux prix, et a fait l’objet d’un livre. (voir notre rubrique « livres »). Elle est aussi ingénieur, et donne régulièrement des concerts en tant qu’artiste lyrique (soprano). Nous livrons ici les bonnes feuilles de son ouvrage.

Horlogerie
Les horlogers parisiens au XVIIIème siècle et la mesure du temps

Dans une interrogation sur le temps, pourquoi s’intéresser à ceux qui en construisent les outils de mesure à Paris au XVIIIe siècle ? En matière d’horlogerie, il est plus classique d’examiner la production, sous l’angle de l’histoire de l’art notamment puisque les magnifiques objets s’y prêtent en termes de style, de type de décoration ou de matériaux. Ou encore, aidé parfois en cela par les marques actuelles, de relater la vie de grands horlogers ou de suivre l’évolution de la production suisse. Au-delà de ces aspects déjà bien connus, examiner un métier dans un lieu (Paris) et à une époque (les Lumières) permet de saisir une façon de vivre, de remettre en question quelques évidences puisque ce qui nous semble aller de soi n’était pas forcément de mise il y a plus de deux siècles. La production parisienne du XVIIIe siècle tenait une place importante en termes de renommée dans la production horlogère européenne. Les hommes qui fabriquaient montres et pendules nous ouvrent la porte vers les objets de la mesure du temps eux-mêmes pour y déceler les raisons de les fabriquer, pour qui et pour quoi faire. Enfin, vient la question plus fondamentale de l’utilité (ou non) de mesurer le temps à une époque où il n’y avait guère d’obligation à respecter un horaire précis. En d’autres termes, nous allons remonter le temps pour mieux le comprendre dans son impact sur les hommes. Cela demande d’accepter d’ouvrir son esprit à des situations différentes des nôtres, à un temps différent du nôtre. Commençons le voyage.

1,99 €